2.c) Les Lois de la Gravité Globale

Les Lois de la Gravité Globale incorporent de nouveaux principes à la Loi de la Gravitation Universelle de Newton. En d’autres termes, ils ajoutent quelques nuances qui, bien qu’elles soient mineures quantitativement parlant, sont importantes d’un point de vue conceptuel.

Ces lois de la théorie de la gravitation permettent d’expliquer les phénomènes naturels des prédictions de la Relativité Générale d’Einstein sans avoir besoin d’altérer les concepts de temps et d’espace ni d’utiliser aucune dimension additionnelle.

La Loi de la Gravité Globale dans la théorie de la gravitation se trouve immergée dans le nouveau paradigme ou modèle de la réalité physique que propose la Physique Globale.

On a choisi le terme global à cause de la nécessité d’effectuer une analyse qui comprenne les différents types d’états d’agrégation de la matière, forces et types de mouvement. On l’a aussi choisi, malgré l’abondante utilisation de ce terme, pour aider le cerveau à se situer dans la nouvelle perspective ou paradigme de la réalité physique que propose la Physique Globale.

Les caractéristiques générales du nouveau modèle se retrouve en détails dans la partie des Principes physiques du livre de la Mécanique Globale.

Entre ces caractéristiques il faut souligner les nouveaux concepts apportés par la Mécanique Globale sur la structure réticulaire de la matière –éther gravitationnel, cinétique ou global– comme support physique du champ gravitationnel, l’énergie cinétique et la masse, qui justifient le Principe de Conservation Globale ou équivalence de la gravité-énergie-masse.

En outre, il convient de noter que le champ de gravité est l’éther lumineux ou soutien moyen de l’énergie électromagnétique.

La caractéristique d’éther gravitationnel comme support physique implique qu’il est nécessaire de prendre en compte les vitesses par rapport au système de référence naturel des masses et énergies qui interagissent dans l’attraction gravitationnelle. Sans oublier le cas particulier de l'énergie électromagnétique et de l'éther lumineux.

Les Lois de la Gravité Globale sont une formule mathématique simple qui reprend les implications de l’effet Merlin ou seconde composante de la atractis causa sur la Loi de la Gravitation Universelle de Newton.

Dans la partie sur la Loi de la Gravitation Universelle de Newton de ce livre, on a introduit la Loi de la Gravité Globale et les deux composantes de l’atractis causa. Celle correspondante à la gravitation de Newton et celle apportée par la Physique Globale avec l’effet Merlin.

Loi de la Gravité GlobaleLoi de la Gravité Globale

La nouveauté, c’est l'effet Merlin ou force additionnelle dérivée de la vitesse. Vu que la vitesse de référence *v* est celle de la masse globale et non celle de l'énergie électromagnétique, la quantification est la masse équivalente à l'énergie cinétique totale, qui est égale à l'énergie cinétique [½ m0 v²] multipliée par [2π] pour prendre en compte le mouvement linéaire et la double d'interaction gravitationnelle de l’énergie, et divisé par [c²] à cause de la fameuse équivalence masse-énergie [E = mc²] –formule originale de Olinto de Pretto.

Ainsi, tout au long le livre Physique et Dynamique Globale, on a étudié les caractéristiques de l’accélération, de la force et du mouvement autant à la fois dans un éther global avec une théorique symétrie totale ou avec symétrie radiale ou éther gravitationnel.

Un autre élément de la Loi de la Gravité Globale à souligner, c’est que l’effet de l’apport d’énergie d’un champ gravitationnel n’est exclusivement sous forme d’énergie cinétique mais il peut aussi affecter d’autres manifestations ou types d’énergie.

Un cas particuliers très connu, c’est la variation de la fréquence de la lumière ou énergie électromagnétique due au champ de gravité dans le décalage vers le rouge gravitationnel.

Pour inclure toutes les transformations de l’énergie, nous devons utiliser l’équation fondamentale de la Physique Globale, qui est :

Loi Gravitationnelle d'Equivalence
g = [ c² * h * R / G ] * n

Dans le livre Théorie de la Relativité, Eléments et Critique, on explique brièvement les fameuses prédictions de la Relativité Générale. Dans les pages suivantes, on verra comment la Physique Globale, au travers de la formule de la Loi de Gravité Globale, nous apportera une justification des mêmes phénomènes naturels de manière beaucoup plus simple et sans besoin d’altérer les concepts d’espace et de temps.

Mais avant d’entrer dans les calculs mathématiques, il convient de comprendre les causes des forces de la gravité qui interviennent dans les cas suivants :

  • Théorie gravitationnelle de la masse dans la Loi de la Gravitation Universelle de Newton

    Si on ne prend en compte la vitesse de la masse, la Loi de la Gravité Globale coïncide avec la Loi de la Gravitation Universelle de Newton.

    Dans la Mécanique Globale la masse est constituée de boucles tridimensionnelles de la structure réticulaire de la matière à cause de son élasticité transversale et énergie de torsion. En définitive, la masse est un nouvel état d’éther global en constante synchronisation avec la vibration longitudinale d’éther cinétique ou global.

    Dans le nouveau modèle gravitationnel, cette vibration synchronisée de la masse et d’éther gravitationnel est le mécanisme matériel de la transmission de l’énergie potentielle d’éther gravitationnel à la masse, provoquant son accélération gravitationnelle.

    Dû à la symétrie radiale d’éther gravitationnel la résultante de la force de gravitation sera orientée vers la masse responsable du champ gravitationnel.

    L’impulsion d’un neutron due à ce mécanisme du modèle gravitationnel aura toujours la même composante vectorielle unitaire, en d’autres termes, la direction de la force de gravitation est indépendante du fait que le neutron se déplace vers le centre du champ gravitationnel, s’éloigne de ce dernier ou décrit une orbite circulaire. Dans le premier cas, il se produira une accélération due à la gravité, dans le deuxième une accélération gravitationnelle négative et dans le troisième une accélération centripète.

    La force dérivée de la Loi de la Gravite de Newton est proportionnelle à la masse, l’exemple avec un neutron est totalement représentatif. Comme c’est une particule sans charge électrique, il n’est pas nécessaire de prendre en compte les champs électromagnétiques.

    Galaxies et lois de la gravité NASA (Image du domaine public)
    Galaxies - NASA

    Mais n’oublions pas que la mass est un nouvel état d’agrégation d’éther gravitationnel avec des propriétés énergétiques associées déterminées, et ceux sont précisément ces propriétés énergétiques celles qui produisent l’effet d’attraction gravitationnelle. Un aspect intéressant va être que la dite proportionnalité dérive du fait que la masse est constituée d’unités basiques, neutrons et protons, laissant de côté la discussion sur la gravité générée par un trou noir ou autres phénomènes de l’espace extérieur.

    Dans tous les cas, dans cette partie, on traite les conséquences du champ gravitationnel sur la masse et non pas la masse comme cause de ce champ.

    La Théorie de la Relativité Générale d’Einstein aussi s’approche du concept de la gravité produite par l’énergie, le seul problème est qu’elle ne l’explique pas très bien, même si elle ne peut pas non plus le faire si on prend en compte le mélange de science et de magie qui est fait avec l’étirement du temps et de l’espace et de toutes les grandeurs dérivées, trop de tensions mathématiques sans savoir les interpréter et les corriger.

    La Relativité Générale signale avec justesse que la masse et l’énergie électromagnétique sont deux manifestations d’énergie mais elle échoue totalement en niant la structure réticulaire de la matière, qui est précisément le sujet matériel de ces manifestations.

  • Théorie gravitationnelle de la lumière ou énergie électromagnétique

    Dans la Mécanique Globale, a lumière ou énergie électromagnétique est une onde transversale de nature mécanique dans la structure réticulaire de la matière qui constitue l’éther global et supporte la force de la gravité.

    Cependant, le problème est plus compliqué parce que vous devez considérer que ledit champ de gravité est , à la place, le milieu support de l'énergie électromagnétique ou éther lumineux. En d'autres termes, l’éther global milieu support de l’éther lumineux, agissant comme un support d'énergie intermédiaire de l'énergie électromagnétique.

    Il est important de noter que l'éther lumineux –champ de gravité– est une propriété dynamique d'éther global.

    En définitive la lumière est une manifestation de plus de l'élasticité d’éther global comme propriété énergétique réversible, puisque que lorsque passe l’onde de lumière, l’éther global revient à son état antérieur.

    L'onde de lumière aura la même interrelation que la masse, du fait de la vibration d’éther global ou éther gravitationnel, car elle est le support matériel de deux, ce qui produira un effet similaire à celui de la Loi de la Gravité de Newton, mais dans ce cas sur l’énergie électromagnétique ou lumière au lieu de la masse, ou dit de manière plus appropriée, au lieu de l’énergie de déformation réversible que représente la masse.

    En même temps, par la vitesse de la lumière il se produira à nouveau la même interrelation et ce sera justement la même quantité vu que la vitesse de propagation des ondes transversales de la lumière coïncide avec la vitesse de transmission de la tension longitudinale, comme on n’en discute dans la partie sur les caractéristiques des Ondes gravitationnelles.

    Je n’ai pas approfondi de mécanismes en concret qui génèrent les élasticités au-delà d’une brève description des élastocites ; parce qu’ils feraient partie d’une théorie de la structure interne des filaments réticulaires. Cela n’a pas été nécessaire pour la théorie de la gravitation présentée et je n’ai pas non plus l’information empirique suffisante pour cela.

    Cependant, il faut signaler que la double interaction gravitationnelle qui se produit avec le mouvement de la masse ou de la lumière s’effectue dans les unités élémentaires de vibration ou élastocites ; vu qu’une vitesse plus faible n’implique pas que dans l’espace non parcouru, se récupère l’échange d’énergie non produit, par rapport à ce qui se serait produit à la vitesse de la lumière. C’est-à-dire que c’est comme si, avec la vitesse, les vibrations longitudinales et transversales d’un élastocite coïncidaient plus et avaient plus d’échange d’énergie par unité d’espace parcourue.

    Mathématiquement la formule de la Loi de la Gravité Globale aussi résout le calcul de la déviation de la lumière ou effet des lentilles gravitationnelles. Il faut penser que le deuxième composant ou composant de l'énergie cinétique est la somme d'une suite géométrique d'éléments chaque fois plus petits et qui se résout par le théorème de Taylor ; par conséquence, la somme pour le cas de la vitesse v égale à c est *1*.

  • Théorie gravitationnelle de l'énergie cinétique

    Avec le mouvement, la masse augmentera sa vibration pour rester synchronisée avec la vibration longitudinale d’éther global ou cinétique. En définitive, l'interrelation par unité de temps absolu avec l’éther global ou gravitationnel augmentera et il se produira un effet amplifié du mécanisme de l'interaction gravitationnelle.

    L'interaction gravitationnelle se produit d'un côté par la symétrie radiale d’éther gravitationnel et de l'autre, par la transmission de l'énergie élastique entre la tension de la courbure longitudinale d’éther gravitationnel et la masse –dit pour bien se comprendre, pas la masse qui génère le champ de gravité mais l’autre masse–, et donc cette transmission sera plus importante quand un nombre plus important de contact se produira, comme dans le cas précédant de la lumière.

    Aussi dans ce cas, en ayant le même mécanisme matériel, l'accélération sera proportionnelle à la masse centrale, aura la même composante vectorielle et continuera d'être inversement proportionnelle au carré de la distance mais avec un facteur de proportionnalité additionnel qui sera l'énergie cinétique.

    La force gravitationnelle additionnelle due à l’énergie cinétique de la masse globale à la vitesse *v* sera égale à la force gravitationnelle que souffrira l’énergie électromagnétique équivalente, c’est-à-dire que le double que la masse dans la Loi de la Gravité de Newton. Du point de vue de la masse cinétique, on verra que la masse équivalente à l’énergie cinétique sera affectée par le double d’attraction gravitationnelle que la masse en repos.

    De cette quantité, la moitié n’affectera pas le mouvement par le facteur de proportionnalité inertielle entre masse et accélération, et l’augmentation de la masse globale avec la vitesse. L’autre moitié sera responsable des déviations spatiales par rapport à la Loi de la Gravité de Newton.

    La quantification de cet effet du model gravitationnel sur l’accélération globale se trouvera dans la deuxième partie de la formule de la Loi de la Gravité Globale précédemment citée. Le calcul détaillé de la précession anormale de l'orbite de Mercure et des autres planètes avec cette formule de la gravité se trouve dans la partie des Expériences de Physique.

    Il convient de noter que la Physique Globale et Einstein ont utilisé la même formule qu'il utilise Paul Gerber en 1898.

    La Relativité Générale d’Einstein aussi utilise l'énergie cinétique dans ses équations de champ pour déformer l'espace et cadrer la précession anormale de l'orbite de Mercure.