3.b.2. L'énergie potentielle

L’énergie potentielle gravitationnelle d’une masse m en un point de l’espace est le travail que réalise le champ gravitationnel pour translater la masse m depuis ce point jusqu’à l’infini. Selon la définition, l’énergie potentielle est toujours négative et son maximum est toujours zéro. Mais ceci n’aide le cerveau à réfléchir.

Il doit y avoir une raison pour recourir à cette formalisation de l’énergie potentielle gravitationnelle. Je suppose que ça doit être parce qu’on ne connait pas la valeur maximum, minimum ou quelque chose comme ça ; dans tous les cas il devrait être accepté que ce doit toujours être positif.

Les différents types d'énergie et leurs relations apportent les clés de la véritable nature de la gravité.

Dans les parties Loi de la Gravitation Universelle de Newton et Loi de la Gravité Globale, on explique les deux composants de l’atractis causa.

Si on cherche une approche plus conventionnelle du concept et de la définition de l’énergie potentielle, il faut recommander de visiter le site de Wikipédia.

Lorsqu’en science on n’est pas sûr de quelque chose, on cherche des solutions pour avancer. L’existence d’énergies négatives, bien que ce soit conventionnel, est un bon exemple de ce qu’il ne faut pas faire, car il se produit alors un conflit au niveau des références de bases du cerveau au moment de structurer certains concepts.

L’énergie mécanique est définie comme la somme de l’énergie cinétique et de l’énergie potentielle gravitationnelle des corps avec masse dans un champ de gravité.

Il existe alors un problème terminologique car en premier lieu, il est montré que Ep = mgh et ensuite que Ep = - GMm/r, ce qui est presque pareil pour le calcul de différentes énergies de variations d’altitude ; mais l’origine des énergies est changée et donc, le concept change radicalement et le signe négatif commenté plus haut apparait.

Ainsi, on va progressivement vers une compréhension de la difficulté d’assimiler n’importe quelle théorie qui parle de gravité.

Energie potentielle
Tour Montparnasse
Tour Montparnasse

Dans tous les cas, avec ou sans grandeurs négatives, à cause des changements des propriétés physiques des objets dus aux variations de l’intensité du champ de gravité ou de la vitesse relative par rapport à ce champ, l’énergie gravitationnelle se configure comme une autre manifestation complexe de l’énergie élastique.

Comme on le commente sur la page de l’énergie mécanique, ce dernier concept continu d’être valide comme la somme de l’énergie cinétique et de l’énergie potentielle gravitationnelle, mais avec les précisions suivantes :

  • L’augmentation de la masse avec la vitesse, déjà signalée par la Théorie de la Relativité d’Einstein et l’incrément en découlant de la force de la gravité fait que l’énergie cinétique augmente plus que dans la Physique Classique de Newton.

  • L’incrémentation de la force de gravité avec la vitesse, indépendamment de l’incrémentation du point antérieur, expliquée par la seconde composante de l’atractis causa ou effet Merlin, provoque un incrément additionnel de l’énergie cinétique et, par conséquent, de l’énergie potentielle gravitationnelle.

    Cela réglage est également réalisé par la Théorie de la Relativité d’Einstein, mais au lieu de modifier l’énergie potentielle de gravité, il contracte ou expend l’espace pour chaque masse particulière.

Dans la partie sur la Physique du mouvement en gravité du livre Physique et Dynamique Globale, on étudie le mécanisme réticulaire de l’énergie cinétique qui provoque le mouvement des corps avec masse dans l’éther global, gravitationnel ou cinétique, autant avec la symétrie totale qu’avec la symétrie radiale typique de la gravité.