4.b) Phénomènes gravitationnels

4.b.1. Caractéristiques des ondes longitudinales et gravitationnelles

L’existence des ondes gravitationnelles pressenties par Newton, étudiées par Laplace et prévues par la Relativité Générale d’Einstein est un thème intéressant parce qu’on nous rapproche de la nature de la gravité.

Toutefois, il convient de noter qu'une chose est la transmission de la gravité et d'autres ondes gravitationnelles de la Relativité Générale, car elle ne fait pas référence au même concept.

Les premières ondes correspondent à celles décrites sur cette page, et les ondes de la Relativité Générale pourraient être liées à des déplacements de la structure réticulaire de la matière –éther gravitationnel, cinétique ou global–, comme support matériel de champ de gravité, la masse et l'énergie cinétique. Ces ondes à son tour peuvent être partiellement liées à l'énergie sombre et la théorie de l’inflation ; comme indiqué dans le livre de l’Astrophysique et Cosmologie Globale.

Cependant, en raison de vague concept de gravité relativiste, parfois sont mélangés les concepts de la transmission de la d'intensité gravitationnelle et la distorsion l'espace-temps ; pour éviter toute confusion, le concept relativiste est limitée à la distorsion de l'espace-temps, quelque effet qu'elle produit.

L’expérience future LISA –Laser Interferometer Space Antenna– pour essayer de détecter les ondes gravitationnelles relativistes, il s’agit d’une expérience semblable à celle de Michelson-Morley, mais dans l’espace. Cependant, comme on l’explique dans le livre des Expériences de Physique Globale, je pense que l’on va observer que la lumière ne se comporte pas comme dans l’expérience de Michelson-Morley, ce qui signifiera plus ou moins, la fin de la Théorie de la Relativité.

D'autre part, il semble avoir enfin détecté le dernier type d'ondes gravitationnelles avec l'expérience LIGO –Observatoire Laser Interferometer Gravitational-Wave–, qui a le même but que le LISA mais faite sur la terre. Par conséquent, ne contredit pas la Relativité Générale.

Il est assez curieux que les ondes gravitationnelles relativistes sont détectées sans qu'il y ait d'éther dans la Relativité Générale, à moins que l'éther avec des propriétés mécaniques soit l'espace-temps lui-même.

Le concept des ondes est très vaste et il existe de nombreuses classifications ou types d’ondes. La page sur les ondes physiques de Wikipédia est assez bien faite, avec des images animées.

À la suite des ondes gravitationnelles qui transmettent la tension de la courbure longitudinale des filaments d’éther gravitationnel ; On parle souvent des ondes gravitationnelles ; cependant, on ne parle généralement pas des caractéristiques ou nature qu’elles devraient avoir, en plus de transmettre ou supporter l’énergie potentielle élastique du champ gravitationnel.

L’aspect qui m’intéresse le plus est la vitesse des ondes gravitationnelles, mais voyons avant les caractéristiques ou nature des ondes gravitationnelles en s’occupant des critères suivants :

  • Ondes qui ont besoin ou non d'un milieu

    Pour la Physique Globale, toutes les ondes nécessitent un milieu, car si c’était le contraire, il s’agirait d’ondes abstraites ou magiques. Référence obligée à Newton, comme il n’aimait pas les forces à distance.

    Sur Wikipédia, la distinction est faite entre les ondes mécaniques, comme celles du son, les ondes électromagnétiques ou de transmission de celles qu’on appelle champ –on les suppose immatérielles– et les ondes gravitationnelles qui représentent la transmission des déformations du l’espace lui-même.

    Il semble que la Physique Moderne, en plus d’utiliser des ondes fantasmagoriques de lumière, confond les changements dans la taille et la tension des réticules d’éther gravitationnel avec les changements dans l’espace lui-même, en s’aidant des changements dans le temps pour faire cadrer les observations de la réalité physique ; bien sûr, ceci avant de recourir aux singularités ou incertitudes comme ultime ressource.

  • Ondes périodiques et non périodiques

    Les ondes gravitationnelles seront périodiques, car la tension d’éther gravitationnel se maintient, contrairement aux ondes de lumières, qui se forment de manière isolée et non périodique. On peut aussi appeler pouls ce type d’onde non périodiques ou isolées.

    L’énergie d’éther gravitationnel ou global nécessite une vibration constante à cause du concept même de l’élasticité, car quelque chose en repos absolu ne pourrait avoir aucune énergie interne.

  • Ondes stationnaires et ondes qui se propagent.

    Les ondes gravitationnelles seraient des ondes stationnaires, car la force de gravité existerait dans un champ de gravité statique.

    La propagation des variations de la tension de la courbure longitudinale devrait se produire avec la vibration ou résonance des ondes stationnaires d’éther gravitationnel.

  • Ondes longitudinales et transversales

    La tension longitudinale de la structure réticulaire de la matière devrait se maintenir avec les ondes longitudinales type ressort ou bien comme ondes bidimensionnelles, mais pas de torsion, comme les ondes électromagnétiques.

    Les nœuds des ondes longitudinales ou bidimensionnelles pourraient correspondre aux sommets d’éther gravitationnel.

    En réalité, l’idée que je voudrais exposer, c’est qu’autant les ondes gravitationnelles, dans le sens variation dans l’intensité du champ gravitationnel, comme les ondes électromagnétiques se propagent à la vitesse de vibration ou résonance des ondes longitudinales stationnaires d’éther gravitationnel.

  • Ondes unidimensionnelles, bidimensionnelles ou tridimensionnelles.

    Ce concept sur les dimensions d’une onde est assez clair ; cependant, je dirais que souvent on confond un ensemble d’ondes avec une onde unique à cause de leur production simultanée.

Voyons maintenant le thème de la vitesse des ondes gravitationnelles comme transmission de la tension de la courbure longitudinale de la gravité, à cause de variations dans la localisation spatiale de la masse qui l’engendre.

Cet aspect de l’interaction gravitationnelle n’est pas simple, il y a peu d’information à ce sujet et elle est très confuse. Il faut penser que la Physique Moderne nie l’existence d’éther gravitationnel ou de quelque autre type d’éther avec des propriétés mécaniques. Cette dernière information n’arrête pas d’être un euphémisme de la Théorie de la Relativité d’Einstein.

Perlles cosmiques
Explosion d'étoile - NASA (Image du domaine public)
Perlles cosmiques. Explosion d'étoile - NASA

Le thème de la vitesse de vibration d’éther gravitationnel comme ondes longitudinales est en relation avec le point sur la Propagation des ondes magnétiques et vitesse de la lumière constante dans la partie sur les Propriétés des ondes de lumière ou photons et l’interaction électromagnétique dans le livre de la Mécanique Globale.

Un thème distinct va être la résonance de la masse, car elle augmente avec le mouvement et avec la tension longitudinale d’éther gravitationnel, comme on en discute dans la partie Physique et mouvement de la gravité du livre Physique et Dynamique Globale, elle pourrait aller de *c* à environ c².

Il y a deux positions sur la vitesse des ondes gravitationnelles comme transmission de la tension de la courbure longitudinale responsable de la force de gravité.

Les arguments dans ce sens seraient les suivants :

  • Vitesse c² ou une quantité d'ordre similaire.

    Laplace détermina en 1825 que la vitesse de propagation des ondes gravitationnelles devrait être au moins 108 c vu la différence entre la direction de l'accélération centripète de la Terre vers le Soleil et la direction de la lumière que arrive sur Terre depuis le Soleil.

    Voyons vers où pointe l'accélération centripète de la Terre avec l'effet de la force de gravitation du Soleil. Comme nous savons que la lumière met 8,3 minutes pour arriver à la Terre depuis le Soleil, la direction de la lumière pointera la situation du Soleil 8,3 minutes avant, il devra avoir un certain ajustement pour l'entrainement de la lumière mais il sera petit car l'entrainement diminue rapidement avec la distance.

    Des observations astronomiques réalisées, on sait que le vecteur accélération centripète de la Terre pointe de 20 secondes d'arc dans la direction du mouvement du Soleil par rapport à celle de la Lumière, c’est-à-dire vers la situation spatiale correcte du Soleil à ce même moment.

    D'autres études avec les éclipses de Soleil par la lune et avec des pulsars binaires offrent des quantités minimales similaires.

  • Vitesse des ondes longitudinales de la gravité égale à la vitesse de la lumière.

    On pourrait penser que le fait que la force centripète sur la Terre pointe fidèlement la Soleil n’est pas dû à la vitesse des ondes gravitationnelles comme transmission de la tension longitudinale de la gravité, mais au fait que les forces gravitationnelles sont additives. Dans ce contexte de Soleil en mouvement de translation galactique, le mouvement de la Terre soit dû autant à la force de gravitation du Soleil qu’à la force de la gravité responsable de ce mouvement du Soleil, qui affectera exactement pareil la Terre.

    En d’autres termes, si on éliminait dans l’analyse la force de gravitation qui affecte le Soleil et la Terre, le résultat serait un Soleil statique et il ne serait pas nécessaire d’imaginer une quelconque vitesse des ondes gravitationnelles vu qu’il n’existerait aucune variation de la gravité, comme on considèrerait seulement la variation de la force de gravitation du Soleil, qui serait nulle.

    La discussion sur l’atractis causa de la Loi de la Gravité Globale, en relation avec le fait indiqué par Einstein et observé dans l’éclipse du Soleil de 1919 disant que la force gravitationnelle affecte doublement la lumière que la masse selon la Loi de Gravitation Universelle de Newton, est cohérente avec l’égale vitesse de transmission de la gravité et de la lumière.

    Des scientifiques de l’université de Missouri-Columbia, en 2003 ont affirmé avoir mesuré la vitesse de la gravité avec une erreur de 20% et maintiennent qu’elle est égale à celle des ondes électromagnétiques.

    Enfin, les ondes gravitationnelles détectées par l'expérience LIGO ont la même vitesse que la lumière.