2.c.1.a) énergie interne et force élastique des particules élémentaires avec masse

Dans la partie antérieure, nous avons vu les caractéristiques basiques de l’interaction de la masse physique ou phénomène de création des particules élémentaires avec masse. Les caractéristiques sont la contraction spatiale de la structure réticulaire de la matière ou éther global, augmentation de sa densité et accumulation d’énergie interne élastique dans les caracoles dues à l’énergie électromagnétique.

Il y a un sujet pour moi, c’est que je n’aime pas qu’on appelle particules les particules sans masse, parce que le cerveau s’y perd, et c’est déjà assez complexe sans cela. Leur point commun est d’avoir une énergie élastique interne mais s’il y a des éléments qui n’ont pas de masse, ils devraient s’appeler ondes. Cependant, à une échelle inférieure, même les ondes physiques ont une base matérielle, mais elles la changent beaucoup plus rapidement que la masse physique. De plus, quand on ne sait pas si quelque chose a de masse, particule peut être un nom acceptable.

Le nouveau modèle physique de la théorie de la masse nous apporte ou explique des caractéristiques additionnelles de la nature des particules élémentaires avec masse comme leur énergie interne et force élastique.

  • Nature spatiale des particules élémentaires.

    Il existe seulement deux possibilités de formes un caracole ou boucle dans l'éther global dans un espace euclidien ou à trois dimensions : par la droite ou par la gauche, en d’autres termes, avec torsion, force élastique ou énergie interne électromagnétique dextrogyre ou lévogyre.

    Cela me rappelle beaucoup les charges négatives et positives de masse. Cependant, ce n’est pas exactement la même chose car il ne faut pas confondre la différence quantitative de la torsion transversale entre deux points ou zones de l'espace et la différence qualitative d'être une énergie interne accumulée ou force élastique de torsion transversale dextrogyre ou lévogyre.

    Force élastique
    dextrogyre ou lévogyre
    Force élastique dextrogyre ou lévogyre Lévogyre

    Il convient de clarifier ce concept car il aura de fortes répercussions dans la théorie de l’atome. La différence qualitative des particules élémentaires avec masse sera associée à ce que l’on connait comme matière et antimatière, alors que la différence quantitative de charge électrique de la masse dépend de la compensation interne de la charge et de son entourage. Pensez à un atome avec plus ou moins d’électrons.

    D'un autre côté, il existe la particule élémentaire du neutron avec masse et de même nature que le proton mais sans charge électrique. Ou bien particules élémentaires avec une masse très différente, avec une charge électrique égale mais de signes contraires, comme les protons et les électrons.

    Il faut se souvenir qu’il existe également deux types de photons, avec énergie interne ou force de torsion transversale d'un côté et de l'autre.

  • Résonance dans les particules élémentaires avec masse physique

    Nous avons tous en nous, intériorisé le mouvement des balles ou d’un ballon de football, mais la tension transversale d’une corde élastique est moins intuitive. Et donc, il conviendrait d’avoir dans les mains une barre de torsion ou poutrelle élastique de polyuréthane comme celle utilisée dans le microscope hoeilogique, tandis qu’on lit ce livre de la Mécanique Globale, pour sentir son comportement comme ressort de torsion.

    Ether cinétique Résonance de la masse
    Dessin énergie élastique d'éther cinétique et la résonance de la masse

    Pour comprendre la résonance des particules élémentaires avec masse, il est nécessaire de penser à l’élasticité comme à un type d’énergie dynamique interne. Si on plie une barre élastique, elle aura une tendance à revenir à son état étiré ; cela dit, cette tendance disparaitra si la barre pliée se comporte comme si on l’avait prise en photo. Si la structure réticulaire de la matière avait été complètement arrêtée et si elle n’était pas en constante vibration elle ne pourrait pas avoir la propriété de l’élasticité, de l’énergie interne ou force élastique.

    La discussion pour savoir si une structure avec énergie élastique a besoin d'éléments internes à la propriété de l'élasticité est intéressante, parce qu’appliquée à l'argumentation de façon récursive nous amènerait à …

    Une autre argumentation curieuse sur l'énergie interne de la matière serait si avec des éléments complètement rigides on pouvait générer une structure flexible ou avec force élastique et vice-versa.

    Si nous imaginons la formation d’une boucle, ce serait un processus dynamique et élastique qui augmenterait la tension de la courbure longitudinale, c’est-à-dire qu’il se produirait un équilibre entre cette tension de l'éther global et la tendance de l’énergie de déformation à retourner à son état initial. En définitive, l’énergie interne élastique des particules élémentaires de la masse sera sous forme de vibration intérieure.

    Comme l’éther global est comprimé ou compacté dans les particules élémentaires de masse, l’énergie interne de sa vibration aura l’apparence ou dénomination de résonance.

    La fréquence de résonance des particules élémentaires sera synchronisée avec la vibration de la tension longitudinale de l'éther global, puisqu’elles continuent de faire partie de l'éther global. Cependant, il faut prendre en compte la vitesse, car en se déplaçant, les particules élémentaires avec masse devront augmenter leur vibration ou résonance pour se synchroniser avec l'éther global en mouvement relatif classique, un peu comme l’effet Doppler avec les ondes mécaniques.

  • Nature discrète de la masse et propriété duale de la matière qui compose la masse.

    Les propriétés des particules élémentaires avec masse en Mécanique Globale permettent de parler de nature discrète de la masse puisqu’en plus d’être une conséquence de la quantité énergie élastique électromagnétique, il se forme des boucles,  Dont la taille minimale est l’électron, qu’est formé d’une demi boucle, et une taille maximale si elles sont stables, les protons et les neutrons –dans des conditions normales– ; même si dans les trous noirs, il se produit surement d’autres processus de compaction de l'éther global.

    D’autre part, la matière est continue, comme le signale le principe de la Mécanique Globale qui détermine l’existence de l'éther global pour supporter la conservation globale de l’énergie avec une grande simplicité.

    D’un autre point de vue, l'éther global, étant en constante vibration a aussi une nature ondulatoire. La nature duale de la masse –l’expression normale est nature duale de la matière–  dérive de l’énergie interne élastique par la résonance des particules élémentaires et leur relation avec la tension de la courbure longitudinale produite dans l'éther global.

    Comme nous le verrons dans la partie suivante, sur les particules subatomiques instables, certains types de masse ont une nature mixte indépendamment de la citée nature duale de la matière, c’est-à-dire qu’ils changent séquentiellement entre nature d’onde électromagnétique et nature de particule fondamentales avec masse.

    En définitive, ce que je veux signaler c’est que les expressions de nature discrète, propriété duale de la matière, comportement ondulatoire, etc., doivent être nuancées pour chaque cas concret et il faut faire attention au sens technique qu’elles supposent, car ce sens se réfère avec sécurité au paradigme de la Physique Moderne et non pas à la théorie de la masse apportée par la Mécanique Globale.