2.c.1.b) Particules subatomiques stables et instables

Nous avons vu comme se créent, en Physique Global, les particules subatomiques les plus petites de la masse physique à travers d’un processus accentué de torsion de la structure réticulaire de la matière ou éther global qui génère un état d’agrégation de la matière différent, dans lequel la principale caractéristique est l’accumulation de l’énergie élastique en boucles ou caracoles de masse résonante.

J’ai dénommé ce phénomène de changement d'état de la matière, interaction de masse ou interaction noire pour éliminer la tension transversale de l'onde électromagnétique et la convertir en tension de courbure longitudinale et énergie de déformation réversibles de l'éther global.

Nœud stable
Serviette enroulée avec un nœud

Nous avons également vu dans les parties précédentes sur la Physique des Particules des propriétés des particules subatomiques en général comme sa nature spéciale dextrogyre ou lévogyre et nous avons mentionné son caractère stable ou instable.

Les particules subatomiques stables auront un quelconque mécanisme qui fera que les caracoles ou boucles de la structure réticulaire de l'éther global ne se défassent pas facilement malgré leur tendance à revenir à leur situation initiale par énergie interne élastique.

La figure montre une serviette enroulée avec un nœud pour représenter intuitivement un possible mécanisme de stabilité, cela dit, il s’agit plus d'une approximation.

Dans la partie de ce livre sur les Particules de l'atome du nouveau modèle atomique proposé par la Mécanique Globale, on l'approfondira dans l'analyse sur la Physique des Particules élémentaires stables et la taille maximum des particules avec masse physique.

Par la suite, on expliquera les caractéristiques des particules subatomiques avec masse.

  • Glissement des particules subatomiques.

    Comme on l’a expliqué antérieurement, les ondes électromagnétiques ou photons et autres particules sans masse représentent de petits tours ou déformations transversales ou de torsion de l'éther global. Quand ces tours se concentrent dans l’espace avec un sens contraire, ils forment les demi-boucles, boucles ou caracoles de la masse physique.

    Si les boucles reçoivent plus d'énergie ou de force de torsion d'un côté, elles se déplaceront jusqu’à atteindre un équilibre au niveau des tensions transversales de torsion reçues par les extrêmes des boucles. Dans ce cas, le mouvement des particules subatomiques avec masse pourra être décrit intuitivement comme le déplacement d'un nœud coulant.

    Récemment (2016) ont constaté que la théorie des nœuds Lord Kelvin peut pointer comme un précédent clair de la Mécanique Globale. Cette théorie a proposé que les divers atomes correspondent aux différents nœuds dans l'éther classique. Logiquement, il a été jeté avec l'avènement de la Relativité, pour le refus théorique de l'existence d'un éther avec des propriétés mécaniques.

    En fait, ce qui rend la Relativité est de transférer ces propriétés mécaniques à l'espace-temps lui-même, évitant ainsi de mentionner le mot éther. Autant dire que les ondes gravitationnelles détectées glissent la lumière et de la masse, selon l'expérience LIGO.

  • Nature des particules subatomiques très instables ou petit saut gravitationnel.

    Si la particule subatomique se trouve dans un point valle de potentiel, comme les électrons sur leur orbite, en changeant les différences de potentiel dudit point, il cesse d'être un point d'équilibre et la particule se défera à cause de la tension élastique. L'énergie électromagnétique libérée se déplacera à la vitesse de la lumière jusqu’à trouver un nouvel équilibre dans un potentiel minimum mais dans une autre vallée, où elle réapparaitra comme particule subatomique avec masse.

    Nous pouvons appeler ce phénomène le petit saut gravitationnel –effet tunnel–, et cela dû au fait que normalement, il se produira entre de très courtes distances et il nous apporte la définition d’un nouveau type de particules subatomiques de la Physique des Particules Élémentaires. Aussi nous le rencontrerons dans la page correspondante du nouveau modèle atomique proposé par la Mécanique Globale au sein de la Physique Globale.

  • Les ondones (The Wavons)

    Pour différencier l'expression de nature duale de la matière du nouveau type de particules subatomiques, on suggèrera la création d'un second type de dualité, mixte ou intermédiaire selon le temps de permanence d'une nature ou d'une autre.

    Échographie hoeilogiqueParticule subatomique instable
    Particule subatomique instable

    Un terme générique pour ces ondes si puissantes pourrait être celui d’ondones. C’est-à-dire qu’elles seraient les particules subatomiques qui acquièrent de la masse entre les petits sauts gravitationnels ou effet tunnel auxquels je me référais dans le point précédent, elles existent comme des boucles matérielles et sautent à la vitesse de la lumière comme des photons jusqu’à un nouvel équilibre de la tension gravito-magnétique. Le terme fait référence au fait que les ondes électromagnétiques seraient beaucoup fortes et puissantes si elles dérivaient de l’existence des boucles qui caractérisent la masse physique.

    La masse des ondones s’appelle ondine (Wavine) pour la différencier de la masse au sens strict. Á l’occasion, le terme de masse sera utilisé pour les deux types d’agrégation de la matière dans le sens large vu que les deux masses sont composées de demi-boucles, boucles de l’éther global.

    Cette distinction sera nécessaire au moment d’étudier le mouvement dans le livre de la Dynamique Globale. Les particules élémentaires avec masse et énergie élastique stable ou instable se déplacement d’un nœud coulant par l'éther global comme citées plus haut.

    La figure hoeilogique montre un tournant à 180 degrés dans un réseau bidimensionnel. De manière intuitive, on observe que rien n’empêche que s’inverse le sens si disparait la tension qui a provoqué le tournant et s’il existait une tendance du réseau à revenir à son état de plan.

  • Electrons

    Les électrons se déplacent comme nœuds coulants dans leurs orbites. Le mouvement orbital des électrons a des conditions particulières, qui seront analysée dans la partie Structure de l’Atome dans ce même livre.

    Ainsi, comme ce sont des ondones, les électrons voyagent par petits sauts entre ses orbites.

    Cette caractéristique des électrons explique l’expérience de l’effet tunnel de ces derniers, dont on pourrait modifier le nom pour l’expérience des sauts d’ondones (The jump of the wavons).

    En plus, ce déplacement mixte des particules subatomiques instables expliquerait très simplement l’expérience de Young ou de la double fente réalisée avec des électrons.

    Finalement, les électrons, même glissé comme des particules élémentaires avec masse comme électrons livrent.

  • Antiparticules et allongement spatial de l'éther global.

    Un point très curieux de la Physique des Particules est la relation qui apparait entre les particules subatomiques et les trous noirs, comme ces derniers se configurent aussi comme de grands accumulateurs de masse et d'énergie interne élastique.

    Une autre comparaison entre particules subatomiques et Astrophysique peut se référer aux processus de contraction et d’expansion de l'éther global ou structure réticulaire de la matière qui se produit autant au niveau atomique qu’au niveau des étoiles et des galaxies, décrite assez précisément dans le livre de l’Astrophysique e Cosmologie Globale.

    Quand deux particules élémentaires de nature spatiale opposée, dextrogyre et lévogyre respectivement, sont aussi des particules sauteuses ou instables et qu’elles se rencontrent, elles s’annulent mutuellement, produisant d’autres particules et photons en fonction de leurs différentes énergies.

    Avec le choc entre les antiparticules qui forme l’antimatière et la matière normal, d’un coup vont s’annuler les boucles qui existaient sans générer de tension transversale, car elles seront aussi compensées. Cependant, l’élasticité de l'éther global qui permit la courbure initiale, et ensuite la formation des antiparticules et des particules, provoque la récupération de volume de l'éther global grâce à la caractéristique de l’énergie de déformation réversible.

    Ce phénomène physique, pour références futures, nous pouvons l’appeler allongement spatial de l'éther global.