1. DEFINITION DE LA MATIÈRE

1.a) Matière et énergie

Le développement de la nouvelle théorie physique de la gravité a mis en évidence que le changement de paradigme configure, en plus d'une théorie d'unification, ce qu’en physique s’appelle une théorie du tout, pour affecter de manière significative de nombreux principes et lois de physique ; si bien que l'on peut les séparer en deux grands groupes :

  • Le premier groupe serait formé par les principes de physique qui définissent la matière et ses différents états d’agrégation.

  • Le second serait formé par les classiques principes de physique sur l’espace et le temps, et ses implications sur les propriétés de la matière dans ces différents états d’agrégation, comme les concepts de mouvements, force, force de gravité et énergie.

Ce livre de la théorie du tout étudie le premier groupe de principes de physique relatifs à l’équivalence entre gravité et masse, du point de vue de son support, constitution ou réalité physique, ainsi que de l’énergie comme propriété des états d’agrégation de la matière.

Si la Dynamique Globale traite de sujets en relation avec l’espace et le temps et ses liens avec la physique de la gravité, la Mécanique Globale est plus proche des thèmes typiques de la Mécanique Quantique.

Les réflexions sur les propriétés de la structure réticulaire de la matière ou éther global, et le monde subatomique m’ont conduit à réaliser certaines nuances sur les états d’agrégation de la matière qui configurent les concepts de masse et de gravité.

Deux aspects méritent une attention particulière, d’une part, l’éther global et la masse existent comme des entités physiques réelles de forme discrètes et indépendamment de l’observateur. D’autre part, dans la nouvelle théorie de tout, on a réussi à rendre inutiles les forces à distance ou dérivées de champs aux propriétés purement mathématiques sans support matériel de caractère physique.

Bien que la compilation des formules mathématiques de ce livre, relatives aux états et à la structure de matière qu’étudie la Physique Quantique puisse provoquer aux neurones de graves tensions mathématiques, l’approche du livre sur les propriétés, caractéristiques et définition de la matière redevient moins revêche, comme on évite de rentrer dans des détails quantitatifs.

Cependant, je suis convaincue que les mathématiques ne seraient pas un problème pour une nouvelle définition de la matière et autres idées insolites ; car, en réalité, les mathématiques sont très avancées, mais sans base physique qui les supportent et qui les rendent cohérentes dans un modèle complet de la réalité physique.

Entre les aspects sur le concept de la matière, on peut citer :

  • Une nouvelle description de la structure de la matière.

    • L'existence de l'éther global –structure réticulaire de la matière comme support de la gravité, l’énergie cinétique et la masse–, permet de comprendre l’origine des forces de gravité.

    • Eclaircissement sur les mécanismes de l'énergie mécanique dans la transformation entre énergie cinétique et potentielle gravitationnelle.

    • La modulation de la force de la gravité qui arrive à être jusque négative, pouvant exprimer la confirmation de l'égalité de l'expérience physique GigaChron.

  • Relation des forces et champs de gravité avec les forces et champs électromagnétiques.

    • Définition gravité –tension de la courbure longitudinale d’éther global– comme milieu support de l’électromagnétisme.

    • Définition des photons comme ondes mécaniques de torsion transversale.

    • Constance de la vitesse de la lumière comme c’est une onde physique de torsion ou de courbe transversale de caractère mécanique.

    • Variation de vitesse de la lumière provoquée par les variations de l’intensité du champ gravitationnel ou éther luminifère.

    • On explique la dualité onde-corpuscule de l’effet photoélectrique, l’expérience de Young ou double fente.

  • Unification de la force de la gravité avec la force nucléaire faible et forte, et avec l’interaction électromagnétique.

    • Définition et nature des particules élémentaires avec masse.

    • Nouveau modèle atomique qui apporte une base mécanique et non la virtuelle du Modèle Standard des particules élémentaires ; permettant de comprendre quelques relations entre les dites particules sans nécessairement recourir à la magie.

    • Explication de la nature de la dualité de la matière et, à certaines occasions, la nature mixte.

    • Explication de l’effet tunnel.

Malgré sa spécificité par rapport à ce qu’est la matière et ses propriétés, la Mécanique Globale doit être comprise comme immergée dans la Physique Globale, comme celle-ci se configure comme une théorie de substitution multiple (Mécanique Quantique et Théorie de la Relativité.)

Gravité au bord d'un objet
Gravité au bord d'un objet

La substitution dans le cas de la Théorie de la Relativité est relativement simple, vu que malgré ses approximations importantes comme l'équivalence masse-énergie, son noyau de la relativité du temps est incorrect autant d'un point de vue physique que conventionnel.

Au contraire avec la Mécanique Quantique, le thème est plus complexe, car il requiert d'un côté de reconnaitre que c’est une connaissance plus descriptive, en ayant elle-même limité, avec son Principe d'Incertitude, ce qui concerne l'étude des mécanismes basiques de l'énergie et la connaissance de la réalité en-dessous d'un certain seuil. De cette manière, elle évite de commettre des erreurs sur la définition de la matière et autres concepts, atteignant une utilité indiscutable dans le monde de la science et de la technologie.

D'un autre côté, en partant d'une Physique Générale non relativiste, la Mécanique Quantique se trouve ancrée à des concepts sur le mouvement et l'énergie encore plus enracinés que ceux de la Théorie de la Relativité et, par conséquence, plus difficiles de reconstruire, modifier ou améliorer. Cependant quelques interprétations semblent assez éloignées de la réalité physique.

Dans un certain sens, le nouveau paradigme de la Physique Globale, qui est découvert peu à peu, pourrait supposer une avancée par rapport à la Physique de Newton semblable à l’avancée que supposa la Physique Classique par rapport à la Mécanique Grecque. Au vu de l’élevé grade d’abstraction nécessaire pour comprendre les nouveaux concepts, en principe aucunement intuitifs, il serait conseillé de fixer les concepts avant de lire chaque chapitre suivant.