1.a) Forces fondamentales et principes philosophiques

Avant de faire une description des forces fondamentales de la matière promue par la Physique Globale, nous allons exposer les principes philosophiques de l’Astrophysique Globale de manière concise.

Ces principes doivent être compris comme étant additionnels à ceux signalés dans la page Principes de physique du livre de la Mécanique Globale. De cette manière, le temps comme l’espace doivent être envisagés comme des variables conceptuelles de nature absolue.

Ces principes sont les suivants :

  • Univers infini.

    Univers sans limites connues, tant dans l’infiniment petit que l’infiniment grand.

    Le concept d’élasticité implique l’existence de parties internes ayant des forces ou des énergies distinctes selon l’objet ; ces parties doivent également avoir des propriétés élastiques. Appliqué de façon récursive, ceci argumente l’idée intuitive de l’univers de l’infiniment petit.

    Concernant l’extension de l’univers, il faut indiquer que l’on ne connait pas ses limites ; la seule chose qui parait claire, c’est qu’une grande explosion a donné naissance à l’univers local, autrement dit la partie de l’univers dans laquelle nous vivons. Il n’y aucune raison de croire qu’avant cette explosion, il n’y avait rien ou de penser qu’au-delà de notre univers local, il n’existe rien.

  • Univers éternel

    Une origine de l’univers depuis le néant ou une super singularité quantique n’a pas de sens.

    La Théorie de Big Bang comme origine de l’univers entier me semble relever d’un mélange de sciences et religion ou créationnisme scientifique. En plus, que quelque chose sorte du néant ne me semble en rien scientifique !

    Assumer une non origine ou une non fin de l’univers nous amène à chercher des alternatives avec des processus plus ou moins cycliques à grande échelle.

L’avantage de ces nouveaux principes, qu’ils soient surs ou pas, est qu’ils placent le cerveau dans une perspective scientifique ; aspect qui, dernièrement, semblerait faire plutôt défaut à la Physique Théorique.

Nébuleuse Tarentule
Nouvelles étoiles - NASA (Image du domaine public)
Nébuleuse Tarentule - Nouvelles étoiles - NASA

Le Principe de Conservation Globale, déjà inclut antérieurement, représente les deux idées antérieures ; en effet, il existerait dans ce cas une relation de transformation et d’équivalence autant entre le microscopique que le macroscopique qu’entre deux instants dans un système fermé. L’univers entier est logiquement un système fermé par définition.

Pour revenir au thème des forces fondamentales de la matière, notez que la Physique Moderne ne connait des forces mentionnées dans la partie précédentes que les cinq dernières et ce de manière superficielle et légèrement confuse.

La Physique Moderne voit le champ de gravitation comme un champ purement mathématique et l’énergie électromagnétique comme le néant voyageant dans le néant. De son côté, la Mécanique Quantique essaie de découvrir qu’elles sont ces forces de déformation réversible et leur rétention ; c’est-à-dire boson de Higgs oui ou boson de Higgs non. Enfin, espérons que soit rapidement résolue l’incompatibilité entre la Théorie de la Relativité et la Mécanique Quantique.

En tous cas, la substantialité de la démarche réside dans l’analyse de l’équilibre dynamique qui se produirait entre toutes les forces fondamentales et l’importance de chacune d’elles en fonction de l’échelle spatiale et temporelle du processus objet d’étude ainsi que ses conditions particulières.

La Physique Globale définit les forces fondamentales de la nature comme des propriétés de la incassable structure réticulaire de la matière –éther global, gravitationnel ou cinétique. Comme l’éther global n’existe pas dans la Physique Moderne, en plus de ces trois forces fondamentales, ou quatre si on considère séparément l’énergie électromagnétique et la force nucléaire faible, les forces relatives aux propriétés mécaniques d’éther global et de son mouvement apparaissent comme étant des nouveautés.

Voyons maintenant une récapitulation des idées apportées par le livre de la Mécanique Globale et quelques considérations sur les principales caractéristiques élastiques de l'éther global ou forces fondamentales de la matière.

 

  • Tension longitudinale des filaments

    Il s’agit d’une force fondamentale de la matière, que j’ai à peine mentionnée dans mes précédents livres afin de me référer à des forces connues, comme la gravité, l’électromagnétisme ou la formation de la masse.

    Elle peut néanmoins jouer un rôle très important en Astrophysique. Si la compression de l'éther global dans la création de la masse des atomes et des particules ou des trous noirs provoque un rétrécissement local de l'éther global, un étirement de l'éther global se produira afin de couvrir le même espace environnant.

    En outre, les étoiles avec leur perte de masse et l'émission d'énergie électromagnétique peuvent entrainer l'expansion d’éther global.

    Ce processus d'expansion et de contraction de l'éther global pourrait expliquer l'effet de lentilles gravitationnelles sans masse apparente et la même vitesse de rotation des étoiles.

  • Déplacement de l'éther global. (Mouvement de la tension longitudinale - Effet d’entrainement de la masse)

    Comme on l’a déjà mentionné, les mécanismes de formation de la masse ou interaction noire ou encore sa destruction, interaction blanche, produirait en plus des variations, de la tension longitudinale.

    Le changement de la tension longitudinale des filaments de l'éther global provoque une tendance vers l’équilibration à grande échelle de cette tension longitudinale de l'éther global, comme de n’importe quel autre réseau, par le biais de ses déplacements.

    Ces déplacements de l'éther global affecteraient la vitesse de la lumière et de la masse par un effet d’entrainement, comme on le mentionne dans la page Types de mouvement du livre de la Physique et Dynamique Globale.

    Ces déplacements d'éther global peuvent correspondre aux ondes gravitationnelles récemment découverts.

    D’autre part, non seulement les interactions noires et blanches produisent un élargissement des filaments de l'éther global, mais en plus, l’émission et l’absorption de l’énergie électromagnétique et des particules élémentaires.

  • Tension de la courbure longitudinale des filaments de l'éther global (Gravité)

    Cette tension est responsable du champ de gravité et de l’interaction gravitationnelle, voir page de La gravité comme un état d’agrégation de la matière du livre de la Mécanique Globale et dans le livre de la Loi de Gravitation Globale.

    La Mécanique Globale maintient que l’énergie électromagnétique est formée par des ondes transversales sur la tension de la courbure longitudinale des filaments de l'éther global, le considérant comme un milieu non dispersif. Par conséquent, si sa tension change, alors la vitesse de la lumière en est affectée.

    De la même manière, la Constante Planck et la Constante de Gravitation Universelle de Newton pourraient également être affectées.  Cependant, comme on peut facilement l’imaginer le sujet n’est pas clair.

    Par exemple, il semble que si les filaments ou cordes sont plus tendues, la force de gravitation due à la tension de la courbure de longitudinale devrait être plus grande pour une même distance de calcul. Mais peut-être que cette même tension plus importante fait que l’équilibre des forces internes et externes des protons et des neutrons est atteint pour une plus petite taille de ces derniers. Pour autant, la force de gravité ou tension de la courbure longitudinale pourrait être la même pour une distance donnée. C’est-à-dire que plus de tension longitudinale il y a, moins la courbure des filaments est forte.

    Que de spéculations ! Seules les expériences réelles nous éclairent.

  • Mouvement de la tension de la courbure longitudinale (Effets d’entrainement sur l’énergie électromagnétique)

    Il est important de faire la différence entre le mouvement d’éther global et le mouvement de la tension de la courbure longitudinale de cette dernière. En fait, le support physique de l’énergie électromagnétique n’est pas l’éther global mais le champ de gravité –éther lumineux.

    Un exemple simple illustre cette idée. Le champ de gravité terrestre ou tension de la courbure longitudinale mentionnée accompagne la Terre dans sa course autour du Soleil alors que l'éther global ne suit pas ce déplacement.

    Le champ de gravité, en plus de générer des forces de gravitation a, s’il se déplace, des effets d’entrainement sur l’énergie électromagnétique.

    Un autre exemple intuitif d’entrainement pourrait être des ondes sonores comme ils voyagent montés des ondes électromagnétiques.

  • Tension transversale des filaments de l'éther global (Champ électromagnétique)

    Normalement, il rencontre le point suivant, mais, comme les précédents, il est préférable de les séparer.

  • Modifications de la tension transversale des filaments (Energie électromagnétique)

    Cette force fondamentale de la matière est la fameuse énergie électromagnétique ; cela se complique cependant lorsqu’on la confond avec le champ électromagnétique, car l’existence de photons ou d’électrons n’est pas nécessaire pour son existence. D’ailleurs, la causalité inverse donne lieu à la création d’électrons, comme on l’explique dans les pages sur la théorie de l’atome dans le livre de la Mécanique Globale.

    Dans tous les cas, il est également certain que l’existence des photons et d’électrons prouve le champ électromagnétique. Dans le cas des photons, de par leur nature d’onde transversale et dans celui des électrons, dans la mesure où ils supposent un pli de l'éther global, ils impliquent un niveau minimum en dessous duquel ils ne se défont pas et provoquent des altérations dans la configuration spatiale de l'éther global.

  • Tension de déformation ou compression réversible d’éther global (Création de la masse - Interaction blanche et noir - pas sombre !)

    Le livre de la Mécanique Globale explique les mécanismes de formation des particules avec une masse physique, ou interaction noire, comme la transformation de la tension transversale des filaments de l'éther global en tension de la courbure longitudinale et en tension de la déformation ou compression réversible de l'éther global.

    Cette interaction provoque un rétrécissement de l'éther global par compression ou compaction de l’énergie électromagnétique.

    Le mécanisme opposé ou interaction blanche produit un élargissement de l'éther global ou libère de nouveau de l’énergie électromagnétique.

    Il s’agit d’une manifestation de la fameuse relation masse-énergie. Il comprendra toute particule de masse, tels que des électrons ou des nucléons.

    Forces fondamentales de la matière
    Interaction noire(Image du domaine public)
    Interaction noire

    La déformation ou la compression réversible de l'éther global peut comprendre, le cas échéant, les plis longitudinaux.

  • Forces de rétention par les cellules ou réticules de l'éther global (Forces nucléaires et confinement ou liberté asymptotique)

    Comme il est dit dans le livre de la Mécanique Globale, l’idée à faire ressortir est que la force nucléaire forte est composée de deux forces contraposées en équilibre, la force forte interne et l’externe.

    Laforce forte interne sera la tendance des boucles d’éther global à se défaire, comme on le commente dans le précédent point.

    NOUVELLES DE PHYSIQUE

    On dirait qu’ils sont retenus par une sorte de gomme (les gluons), qu’il est de plus en plus difficile à étirer lorsque la tension augmente. Mais à un certain moment, à très haute température, la gomme se casse et ces particules élémentaires, en liberté forment la fameuse soupe de Carlos Pajares. Comment ? Pourquoi ? Quelles sont les règles qui régissent cette transition et ses propriétés ? C’est le terrain de jeu des physiciens d’Alice.

    El País 18-09-2012

    La force forte externe est déterminée par l’élasticité des filaments du réticule tridimensionnel –confinement.

Un nouvel aspect de la Physique Globale est l'intégration de l'énergie cinétique dans les forces fondamentales liées à la masse.

D’autres forces apparaitront surement au fur et à mesure de l’avancée dans la connaissance des autres caractéristiques de la matière, comme pourraient être certaines limites physiques des forces commentées et processus auxquelles elles donnent lieu.

La connaissance en soit des processus et de leurs équivalents unifie les forces fondamentales malgré tout ; comme le fait la Physique Globale, qui unifie en un seul champ de nature matérielle toutes les forces par le biais de ses différentes propriétés élastiques.