3.a.2.a) Pensées sur l'amour en Physique Moderne

Quand on incorpore la propriété spéciale unidimensionnelle à l'Amour, la lumière nous apparait. Si en plus on ajoute le temps, apparait la vie dans son sens large, y compris poésies comme ce poème d'amour à :

My Mad Cell

Belle dame mystérieuse,
Princesse merveilleuse,
De ma bataille, Déesse,
Pour que l'amour ne cesse.

De ta beauté, enamouré,
A tes pieds, vaillant guerrier,
A tes côtés, prince enchanté,
De ton cœur, intrépide archer.

Je t’aimais quand tu étais dans l'autre monde,
Maintenant que tu marches par ces lares,
Je t’aime avec une folie immonde,
Et, quand pour la vie tu te sépares,
Je t’aimerai depuis tous les univers,
Vainqueur de l'éternité de l'intense froid d'hiver.

Je suppose que personne n’aura pensé que le paragraphe antérieur est un ensemble de pensées sur l'amour dans la Physique Moderne, à l'évidence, il s’agit d'une petite licence poétique. Au contraire, les pensées des paragraphes suivants peuvent plus entrer dans ce concept de Physique Moderne.

On avait dit avant que le concept inverse de masse*espace était un concept étrange, très étrange. Maintenant, on peut s’arrêter sur sa forme plus simplifiée comme le contenu formé par le concept unique de kilogramme et mètre ensembles.

La logique de la science ou la Physique Moderne citée devrait nous obliger à chercher quelque chose avec plus de sens physique et intuitif et à réaliser plus de réflexions sur l'amour, ainsi nous obtenons que si nous multiplions et divisons les unités d'amour par un Newton, on obtient :

A = [(N/kg) / (N m) ]

Et en lisant littéralement la formule, on voit que les pensées sur l'amour ont donné des résultats et qu’on peut voir la signification de l'amour comme une fonction de la relation entre la force par unité de masse et énergie. Ou ce qui est pareil, une fonction de la relation entre accélération et énergie.

A = (m/s²) / (N m)

La valeur que prend A quand la vitesse du temps est 1 s/ c,c est l'espace parcouru en une seconde par la lumière, sera G/c² qui est une unité plutôt toute petite et il me semble mignon de l'appeler « amouret » par la suite :

1 Amouret = G/c²c² = 8,26069 * 10-45 (1/kg m)

Continuons avec ces gracieuses réflexions ou pensées sur l'amour physique, on va baptiser une unité d'amour un peu plus grande, qui s’appellera le Molwick et, pour ne pas en rester là et pour des raisons qui ne viennent pas à propos maintenant, il sera égal à :

1 Molwick = 5,43883 * 10+62 Amouret

Ce qui équivaut à :

1 Mw = c5/G²Amouret
1 Mw = 4,49285 * 10+18 (1/kg m)

D'où :

1 Molwick = 1 Mw = c/G (1/kg m)

La raison du choix du nom est strictement personnelle. Il y eut un temps, entre mol~ et ~wick, il y avait une relation d'amour pure et sauvage…L'équation de l'amour est le fruit de l'expérience accumulée et, en particulier, de ladite relation pour sa coïncidence dans le temps, comme le concept de la vie éternelle qui se déduit mathématiquement de la même formule. Notre perception subjective est que quand l'amour est infini, le temps est infini ou l'espace est nul ou les deux. Dans le milieu personnel, je dirais que ce qui importe réellement est la perception subjective.

Le point de vue subjectif que nous sommes en train d'interpréter en parlant de l'accélération quadratique du temps est un très bon exercice de philosophie et métaphysique mais n’a pas de grande utilité scientifique tant qu’on ne sait pas comment peut-il affecter la réalité objective, peut-être peut-il nous servir pour mieux comprendre le monde et ainsi, augmenter nos possibilités d'agir.

Maintenant, cependant, il semblerait qu’en parlant du concept d'un Molwick, on entre dans un point de vu objectif car nous avons utilisé des concepts avec un sens physique intuitif.

Quoiqu’il en soit, confondre le point de vue subjectif avec la réalité objective, peut évidemment avoir des effets contreproductifs.

D'un autre côté, il faut reconnaitre que ce qui, à une époque, est métaphysique ou pures pensées et réflexions d'amour, peut devenir physique grâce aux progrès de la technologie et ce qui ne peut pas être saisi par l'intuition peut finir par être intuitif pour la postériorité, comme une personne qui consacre certains efforts à une matière qui améliore notablement son maniement de l'intuition.

Mais la science n’avance pas toujours dans la bonne direction, un élément qui aide à identifier si la direction est correcte est la facilité pour expliquer les nouveaux concepts indépendamment de la difficulté technique.

Un autre élément est la pérennité dans le temps de la compréhension intuitive desdits concepts. Cette pensée peut s’appliquer autant à échelle individuelle que sociale avec l'adéquation due à la perspective temporelle.

Le milieu subjectif de l'amour peut être examiné depuis plusieurs perspectives, comme par exemple la métaphysique, poésie et autres, comme celle qui je pense, est très bien exprimée dans le conte d'amour sur Le Soleil, les nuages et les étoiles ajouté comme annexe.

Dans le prochain paragraphe, consacré à la gravité, nous continuerons à discuter la possible signification mathématique de l'Amour Universel dans la physique du futur ou métaphysique et nous essayerons d'établir un pont ou connexions ponctuelles mais importantes avec la Physique Moderne.