II.c.4. Théorie de la lumière

Cette partie s’intéresse à la théorie de la lumière du point de vue de sa nature essentielle physique, c’est-à-dire les caractéristiques dérivées de la définition de la lumière comme énergie électromagnétique et ses relations basiques avec d’autres concepts de la Physique Moderne comme l’énergie cinétique, la masse et gravité.

Une curiosité importante de la physique relativiste concerne la non-compréhension de la nature de la lumière, parce qu’elle n’explique pas pourquoi la vitesse de la lumière est maximale, elle l’impose simplement comme un axiome mathématique et, ce qui est pire, elle prétend affirmer son caractère expérimental.

A sa sortie, la Théorie de la Relativité aurait pu avoir un sens aux vues de la faible expérience de l’époque, mais après un siècle de développement scientifique, il semble étrange que la Physique Moderne continue sans expliquer ce qu’est la lumière. La dualité onde particule de la lumière est une manière de reconnaitre que la définition ou concept de la lumière, ses caractéristiques et sa nature continuent de ne pas être comprises.

Il ne fait aucun doute que la Physique Moderne est un processus de changement important. La recherche d’une théorie d’unification ou d’une théorie du tout expliquant le concept de lumière et réussissant la comptabilité de la Mécanique Quantique avec la théorie d’Einstein ou au contraire substituant ces théories, est un thème chaque jour plus présent dans le milieu scientifique et dans les médias.

L’absence de concept ou de définition de la lumière se perçoit dans l’attitude de la Physique Moderne. D’un côté la Théorie de la Relativité est une théorie abstraite et mathématique, de l’autre, la Mécanique Quantique a en principe renoncé à expliquer ce qui se passe à l’intérieur des marges du principe d’incertitude ou de détermination de Heisenberg, en grande partie conditionnée par les aspects supposément prouvés par les théories d’Einstein.

Dans la Physique Moderne, on pourrait parler de lumière noire, comme de tous ces concepts dont la nature nous est inconnue.

Dans les points suivants, nous aborderons les caractéristiques de la lumières du point de vue de la Théorie de la Relativité et, dans son cas, de Mécanique Quantique. Nous ajoutons ainsi la perspective de la Physique Globale.

Le premier point est consacré au concept de lumière du point de vue de sa réalité matérielle, à la relation entre la lumière et la masse et à sa principale caractéristique étant l'énergie.

Bien qu’il soit difficile de séparer les propriétés de la lumière, dans le second point, nous aborderons la lumière par rapport à la vitesse et ses caractéristiques dérivées.

La théorie de la lumière du premier point est développée dans le livre de la Mécanique Globale, alors que la du second point est analysée dans le livre de la Physique et Dynamique Globale.

 

II.c.4.a) Concept et définition de la lumière

Si nous souhaitons mieux connaitre la lumière, il faut directement répondre à la question. Une bonne définition de la lumière reprend celle de l’énergie électromagnétique dont la fréquence est dans le domaine du visible. Le concept de la lumière ne sera cependant clair que lorsque l’énergie électromagnétique sera définie exactement.

Le concept de lumière est complexe et pour le comprendre, il vaut mieux analyser séparément les éléments suivants :

  • Support matériel de l’énergie électromagnétique.

    La dualité onde particule de la lumière est une des caractéristiques de la lumière les moins bien comprises. D’un côté sa nature ondulatoire n’offre aucune alternative quant aux phénomènes d’interférence et, de l’autre, le comportement de la lumière comme particule dérivée de l’effet photoélectrique être intrigant ; parce que je n'ai pas vu quelque chose d'inhabituel ou aucune particule dans une vibration sur une table qui font une balle sauter une petite barrière à partir d'une certaine énergie.

    L’inconnue continue d’être l’éternelle question sur la nature de la lumière ou sur l’existence ou non d’une masse de la lumière. Selon la physique relativiste et la Mécanique Quantique, un photon de lumière ne possède pas de masse. Evidemment, on en arrive à une autre question fondamentale de la Physique Moderne : « Qu’est-ce que la masse ? » ; et ainsi de suite. Le concept de la masse comme une particule abstraite me semble plus relever de la philosophie que de la science.

    La définition de la lumière de la Physique Moderne la plus appropriée, serait un champ de force abstrait ou mathématique qui se reproduit identique à lui-même dans un espace vide. Ensuite, il y a tout type de singularités, d’incertitudes et de versions. Depuis les voyages dans le temps jusqu’aux effets des autres dimensions.

    L'absence d'un concept clair de la lumière et de la masse est amplifiée avec la fameuse équation d’Einstein –originale de Olinto de Pretto– de la transformation de la masse en énergie et vice-versa E = m c². Le cerveau finit par croire littéralement, et il peut sembler que les deux entités sont totalement interchangeables.

    Galaxie chapeau en infrarouge - NASA (Image du domaine public)
    Galaxie chapeau en infrarouge

    Pour la Physique Globale, les concepts de lumière et de masse sont très différents bien qu’ils aient une caractéristique commune. En effet le point commun entre la lumière et c'est qu'ils sont des manifestations de l'énergie élastique de la structure réticulaire de la matière.

    En d’autres termes, la signification de l’équation d’Einstein de transformation énergie-masse indique la transformation d’un type d’énergie en un autre. Bien au contraire, d’autres caractéristiques de la lumière non incluses dans l’équation citée sont totalement différentes de celles de la masse car la lumière et la masse sont deux concepts distincts dans la Physique Globale.

    Le problème de la gravité de la physique relativiste est qu’elle ne détecte pas que dans le processus de transformation d’un type d’énergie en un autre se produisent des altérations de la matière réticulaire ou éther global. Cette matière réticulaire est précisément celle qui supporte ou détient les différentes propriétés énergétiques.

    La nouvelle théorie est cohérente avec le sens normal des mots masse et énergie. D’un côté, à partir du concept de lumière que nous avons tous en tête, on peut déduire que l’énergie est une propriété de quelque chose de physique. La définition de la lumière de Wikipédia va dans le même sens.

    D’un autre côté, le sens de la masse est directement lié à un élément de la réalité physique ou matérielle.

    En plus, le concept d’énergie lui-même implique la masse, l’accélération (temps) et la distance parcourue comme des grandeurs ou des unités indépendantes de leur définition. Cela signifie que la grandeur m se réfère à une entité physique alors que le temps et l’espace contenus dans l’accélération et la distance sont des propriétés de la réalité physique.

  • La lumière des phénomènes de création de masse et d’ondine.

    La masse est, selon le Modèle Standard de la Mécanique Quantique, un mystère et maintenant qu'il a trouvé la particule de Higgs, qui est présumé amener la masse de particules de masse, le mystère continue.

    Dans la Mécanique Globale, la masse sera la matière réticulaire comprimée à cause l’énergie électromagnétique ou énergie de torsion transversale sur l'éther global. Ainsi, l’énergie de torsion se transforme en énergie réversible de compression et en énergie de tension de la courbure longitudinale ou énergie potentielle gravitationnelle. La transformation de l'éther global en masse est simultanée avec la transformation d’un type d’énergie élastique en une autre.

    L’ondine est un type de masse, car c’est une matière comprimée, très instable qui correspond aux électrons. Pour se déplacer d’une orbite à l’autre, les électrons se convertissent en énergie électromagnétique jusqu’à ce que la matière réticulaire soit de nouveau comprimée, relâchant les différences de tension transversale, atteignant un nouvel équilibre gravito-magnétique.

    La théorie du tout incorpore une nouvelle théorie de l’atome avec les caractéristiques citées des électrons.

  • Différence entre la lumière (énergie électromagnétique) et l’énergie cinétique.

    L’énergie cinétique de la Physique Moderne n’est pas très bien expliquée, on ne sait pas si c’est une masse ou une sorte de force abstraite et mathématique. Pour son équation, on dirait juste qu’elle est portée une augmentation de masse avec la vitesse.

    Le mécanisme réticulaire de l’énergie cinétique de la Dynamique Globale est plus compliqué à expliquer ou à comprendre parce qu’il implique une acceptation, une prise en compte et une intériorisation des concepts antérieurs de lumière et masse.

    L’augmentation de masse relativiste avec l’énergie cinétique est confirmée expérimentalement dans de nombreux cas, en laissant de côté le concept de masse invariante, bien sûr.