II.3.2. Validation d’une théorie scientifique

  • La méthode scientifique expérimentale
  • La méthode Pop up ou Veus vei

La seconde étape de la méthode scientifique serait celle de la vérification des théories scientifiques. En parlant d’étapes, j’ai commenté la place de la méthode expérimentale dans la seconde étape plutôt qu’avec les deux autres méthodes expérimentale classiques en accord avec cette classification des méthodes scientifiques, citée par Galilée.

ETAPES
METHODOLOGIE SCIENTIFIQUE
  1. Présentation et phases de la méthode scientifique
    • Exposé
    • Argumentation
      • Logique
      • Intuition
      • Créativité (Jump - Saut de la mort)
    • Conclusion
  2. Validation d’une théorie scientifique
    • Vérification d’hypothèse
    • Sens commun (Galilée - Veus vei)
  3. Acceptation.(Sociologie des sciences )
    • Communauté scientifique
    • Société dans son ensemble

Quant aux procédures de vérification d’une théorie, la méthode scientifique actuelle n’est pas complète parce qu’elle accepte seulement la vérification expérimentale et non pas la voie purement rationnelle ou de sens commun, comme l’indiquait également Galilée.

Dans la pratique, la méthode scientifique expérimentale actuelle est utilisée à volonté, et il en résulte par exemple que la constante de la gravité est universelle. Que je sache, personne n’a parcouru l’univers pour le vérifier. En plus d’avoir de sérieux doutes sur la fiabilité de cette théorie, c’est un thème assez obscur.

Galileo Galilei (1564-1642) (Image du domaine public)
Galileo Galilei (Domaine publique)

L’existence des planètes tournant autour d’autres étoiles est un exemple contraire. Jusque très récemment, leur existence n’était pas scientifique mais je crois que n’importe qui possédant un minimum de sens commun ne pourrait penser qu’elles n’existent pas, au vue de la quantité d’étoiles visibles de nuit. Je suppose que l’être humain se trouve encore à un stade héliocentrique au grippe relativiste, postérieur à la ptolémaïque.

La seconde méthode scientifique de l’étape de vérification d’une théorie scientifique, basée sur le sens commun, je l’appelle méthode Pop Up (Saut automatique) car elle est autosuffisante, il y a des choses qui ne peuvent être démontrées, qui sont évidentes ou de sens commun, qui sautent aux yeux dirons-nous. Une autre dénomination très descriptive est la méthode Veus vei en référence au jeu classique « devine à quoi je pense » (veo veo en espagnol) de l’enfant philosophe.

Il convient de répéter, parce qu’il me semble qu’on l’oublie un peu trop souvent, que non seulement la réfutation est utilisée dans la méthode expérimentale mais qu’en plus, elle peut être de caractère logique. Quand elle a un caractère logique, c’est qu’elle est arrivée à une impossibilité logique ou à un paradoxe mental qui invalide les prémisses de manière évidente, c’est-à-dire si elle arrive à une situation ad absurdum au sein de que l’on a appelé la méthode Pop Up ou méthode Veus vei.

En d’autres termes, les paradoxes, qu’ils soient des jumeaux, de causes et effets ou de Grandsormière, indiquent la présence de faille dans la théorie proposée.

Bien sûr, on peut toujours commettre des erreurs quel que soit la méthode utilisée, mais la connaissance scientifique est un concept dynamique et l’on peut toujours réfuter les théories antérieures. On pourrait même certainement améliorer les noms utilisés.

Par rapport aux deux postures philosophiques de la méthode expérimentale, autant la vérification selon le Cercle de Vienne ou du réfutationnisme de Popper me paraissent raisonnables et très équivalent dans la pratique.

 

II.3.3. Etape de l’Acceptation - Sociologie des sciences

La troisième étape de cette vision de la méthodologie des sciences est celle de l’acceptation. Les progrès scientifiques et culturaux font que certaines théories nécessitent d’être actualisées et reformulées pour expliquer avec plus de précision la réalité et permettre un développement intérieur. Dans ce processus, il peut apparaitre un obstacle très sérieux quand il s’agit de changer des idées profondément enracinées et qui, en étant donnée pour bonnes et vérifiées, résistent à la plus petite admission d’erreur.

Une bonne analyse de l’évolution des sciences à moyen et long terme a été réalisée par Kuhn en 1962 dans son livre sur la structure des révolutions scientifiques.

D’autres positions comme l’accumulation des connaissances ou de vraisemblance de Popper aussi me paraissent raisonnables, bien que le point de vue puisse être différent.

Il faut remarquer que prouver une théorie est une chose et que les techniques de la communauté scientifique correspondante avec le temps ou la prédisposition de lire des théories hors du paradigme dominant en sont une autre.

Comme le signale bien la sociologie des sciences, cette étape est la cause de la majeure partie des problèmes de la science et de sa méthodologie.

Concrètement, il semblerait que la meilleure méthode scientifique pour cette étape soit la méthode de la mort subite ; qui consiste à laisser passer 500 ans ou le temps nécessaire pour que quelqu’un la lise et, pendant ce temps, faire en sorte de passer inaperçue aux yeux des sceptiques. Je tiens cependant à dire que ce n’est pas une plainte mais une réalité. Je pense qu’il ne peut pas être autrement, ainsi en va-t-il de l’être humain et ça me plait comme ça.