2.b) Caractéristiques de la méthode scientifique

La méthode déductive, la méthode inductive et la méthode hypothético-déductive sont les trois méthodes scientifiques auxquelles se réfère le terme générique de méthode scientifique.

La première caractéristique de la méthode scientifique est sa nature conventionnelle de servir de cadre pour générer du savoir conventionnel. Pour cela, il existe de multiples caractéristiques en fonction de la perspective avec laquelle on les classifie, on les étudie et on les nomme.

Aristote (384-322 avant J-C) (Image du domaine public)
Aristote

Ce qui retient mon attention en premier lieu, c’est le fait que les premières aient un nom difficile à retenir vu que dans le domaine linguistique, elles peuvent représenter un unique concept avec deux manifestations : raisonnement dans une direction et son contraire, du général au particulier ou vice-versa.

Le problème dérive logiquement de la difficulté conceptuelle à séparer une méthode scientifique d’une autre de manière claire ; les termes choisis n’aident évidemment pas à mémoriser ces deux concepts de méthode scientifique. La dénomination de la troisième méthode n’aide pas beaucoup non plus.

Une des caractéristiques notables des deux méthodes est qu’elles peuvent aller du général au particulier et vice-versa, dans un sens ou l’autre. Elles utilisent tous les deux la logique et arrive à une conclusion. Enfin, elles possèdent toujours un élément philosophique sous-jacent.

Elles sont toutes les deux susceptibles de vérification empirique. Bien que la méthode déductive soit plutôt le propre des sciences formelles et la méthode inductive celle des sciences empiriques, rien n’empêche l’application indistincte d’une méthode scientifique ou de l’autre pour une théorie en particuliers.

Pour moi, sans vouloir entrer dans une polémique sur le thème, la différence fondamentale entre la méthode déductive et la méthode inductive est que la première aspire à démonter, par le biais de la logique pure, la conclusion dans son entier à partir de quelques prémisses, de manière à garantir la véracité de ses conclusions, dans le cas où la logique appliquée ne serait pas validée. Il s’agit du modèle d’axiome proposé par Aristote comme méthode scientifique idéale.

Au contraire, la méthode inductive crée des lois à partir de l’observation des faits, par le biais de la généralisation du comportement observé ; en réalité, c’est une espèce de généralisation sans pouvoir obtenir une démonstration des lois citées et de l’ensemble de leurs conclusions par le biais de la logique.

Ces conclusions pourraient être fausses et, en même temps, l’application partielle de la logique pourraient maintenir leur validité ; c’est pourquoi, la méthode inductive nécessite une condition additionnelle, son application est considérée comme valide tant que l’on ne rencontre pas de cas qui réponde au modèle proposé.

La méthode hypothético-déductive ou de vérification empirique ne pose pas, en principe, le moindre problème, vu que sa validité dépend des résultats de sa propre vérification.

Cette méthode scientifique est habituellement utilisée pour améliorer ou préciser des théories antérieures en fonction de nouvelles connaissances, où la complexité du modèle ne permet pas de formulation logique. Par conséquent, elle a un caractère intuitif dominant et a besoin de la vérification de ses hypothèses, non seulement dans le cas de son rejet mais aussi pour imposer sa validité.

On pourrait proposer, pour ces trois variantes de la méthode scientifique, les dénominations de méthode déductive, méthode intuitive et méthode expérimentale/méthode de vérification, ou n’importe quel ensemble de mots qui fassent référence à leurs différences fondamentales et qui ne posent pas le problème de la mémoire linguistique. Dans la même lignée, on trouve la dénomination de méthode logique déductive qui porte parfois le nom de méthode déductive.

La Théorie Générale de l’Evolution Conditionnée de la Vie serait, en principe, une théorie basée sur la méthode hypothético-déductive ou méthode de vérification d’hypothèses.

La Théorie de Darwin au contraire, serait encadrée par la méthode inductive ; mais qui, bien qu’elle rencontre des exemples contraires, n’est soit invalidée mais est adéquate pour tout cadrer. Et pourquoi donc ?

Comme je l’ai dit précédemment, toute théorie doit résister à sa réfutation, mais cependant, une théorie qui ne peut être réfutée par aucun fait concevable n’est pas scientifique. L’impossibilité de la réfutation d’une théorie scientifique n’est pas une vertu mais un vice.